Le Chœur des femmes

 les-choeur-des-femmesUne fois n’est pas coutume, je vous propose aujourd’hui une recommandation littéraire. J’ai nommé Le Chœur des femmes de Martin Winckler. Ce roman raconte l’histoire d’une brillante interne en médecine qui se dédie à la chirurgie gynécologique mais qui est contrainte d’effectuer un stage dans un service de médecine générale dédié à la « Médecine de la femme ». Dans ce roman, l’auteur choisit comme fil conducteur un thème particulièrement original (que je ne peux dévoiler ici car il s’agit du secret du personnage principal) et parvient à tenir le lecteur en haleine, tout en lui inspirant une réflexion sur le milieu médical français, et plus particulièrement, sur les pratiques gynécologiques.

Au départ, la protagoniste est sceptique sur ce que cette expérience dans un petit service peu reconnu pourrait lui apporter. Mais les rencontres avec les patientes s’enchaînent et le comportement de son maître de stage, le docteur Karma, l’invite à porter un regard nouveau sur la relation entre les patientes et leurs médecins. Elle est amenée à prendre du recul sur ce qu’elle a appris durant sa formation en France et à s’intéresser entre autres aux pratiques gynécologiques anglo-saxonnes. La place de l’interculturel et des langues dans ce roman a particulièrement retenu mon attention. L’auteur nous rappelle entre autre l’importance de l’anglais dans le milieu de la recherche médicale.

Mais ce n’est pas tout. Le roman documente le lecteur avec une précision extrême sur la médecine des femmes. Tous les sujets sont passés en revus : l’avortement, la contraception, les violences conjugales, la maternité des adolescentes, l’accompagnement des cancers gynécologiques, les viols, les incestes… Fort de son expérience de médecin, Martin Winckler réussit à mêler une description du paysage médical français extrêmement détaillée à un échantillon de témoignages romancés qui reflètent la réalité de la consultation gynécologique de nos jours. Il pose ainsi de nombreuses questions : Apprend-on la médecine auprès des professeurs ou auprès des patients ? Quels sont les droits des patientes ? Peut-on pratiquer la gynécologie autrement ? À quoi sert une consultation ? Médecins ou/et sages-femmes ?

En Allemagne, par souci de pudeur et de respect de la dignité de la patiente, on ne lui demande pas de se déshabiller intégralement pour procéder à l’examen gynécologique mais on procède en deux temps : d’abord le haut, puis le bas. Une cabine est mise à sa disposition pour se changer afin de lui assurer davantage de confort lors d’un examen qui met à mal sa pudeur. C’est une des questions qui reviennent régulièrement dans le roman : le confort des médecins ou celui des patientes ? Quelle doit être la priorité ? En tout cas, le point de vue de Martin Winckler est clair : dans sa pratique de la médecine, le respect des patientes est primordial. J’adhère.

Merci à Alicia pour cette recommandation littéraire qui m’a permis de découvrir ce gynécologue/auteur, super allié des femmes.

Image | Cet article, publié dans Littérature, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s