Profiter du confinement pour choisir une banque éthique

Rester à la maison. Pour. Sauver. Des. Vies.

Il n’a jamais été aussi simple d’entreprendre une action héroïque. Du coup, je me suis demandée ce que l’on pouvait faire depuis son canapé avec une connexion wifi. Et alors, je me suis dit qu’il était simplissime de consulter des sites en ligne et de remplir des formulaires pour, par exemple, changer de banque. Je vous explique ma réflexion qui se résume ainsi : être conscient du problème et en parler, c’est bien. Agir (même depuis son canapé) c’est encore mieux.

Il y a 10 ans, une très bonne amie a contribué à la mise en place d’une campagne intitulée « Move your money » au Royaume-Uni. Encore étudiante à l’époque, je ne m’étais intéressée que de loin à sa campagne car elle m’avait expliqué que ce n’était pas vraiment l’argent de poche des étudiants qu’il fallait bouger mais que leur campagne visait surtout l’épargne des citoyens les plus aisés. Le principe est simple : confier son épargne à une banque éthique plutôt qu’à une banque qui soutient financièrement des industries peu vertueuses comme l’industrie de l’armement ou les énergies fossiles.

10 ans plus tard, j’ai lu (entre autres) « Ça commence par moi » de Julien Vidal où l’auteur explique le lien entre changer de banque et l’éco-citoyenneté : « Choisir sa banque est un des leviers les plus importants si on veut vraiment s’impliquer dans la construction d’un monde meilleur. Il s’agit de bien prendre le temps d’analyser tous les éléments avant de décider de placer son argent dans un coffre-fort plutôt qu’un autre.» Il remarque qu’il est essentiel de se poser les questions suivantes avant de changer de banque:

-La finalité de mon argent est-elle de se multiplier ?

-Quel est l’impact de nos sous sur la société ?

-Quel effet a mon argent sur l’économie ?

-Comment mon épargne impacte-t-elle l’environnement ?

En tant que citoyens, nous avons tous entendus parler du too big to fail et il est tentant de céder à l’inertie en se disant que le système bancaire est trop gros pour le faire bouger. Et pourtant, les banques existent grâce à l’épargne des citoyens. Si nous retirions tous nos petites économies des banques en même temps, il y aurait un gros problème. Et c’est bien la preuve que les citoyens ont un rôle essentiel à jouer pour faire pencher la finance vers des valeurs éthiques.

Le site Fair Finance France (une initiative portée par Oxfam France et Les Amis de la Terre France), membre de Fair Finance Guide International vous permet de découvrir la face cachée de votre banque concernant sa politique de financement et d’investissement. Le site prend en compte 10 thèmes et secteurs d’activités : climat, droits humains, droit du travail, environnement, bonus et rémunération, fiscalité, transparence et redevabilité, armes. Les citoyens ont également la possibilité d’interpeler leur banque via ce site en cliquant sur un bouton vert pour « je suis satisfait de ma banque » ou un bouton rouge pour « je suis mécontent de ma banque ». Au moment où j’écris cet article, le comparateur ne semble pas fonctionner mais je vous renvoie au tableau comparatif tiré de Fair Finance France que Julien Vidal a publié à la page 166 de son livre.

Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez également consulter le rapport d’Oxfam France « Comment les banques françaises financent les énergies fossiles ». Ce rapport explique que sur 10 euros investis par les banques françaises, 7 vont à des énergies climaticides, 2 aux énergies renouvelable et 1 euro va aux énergies nucléaire et hydraulique. Sur leur podium des banques françaises qui consacrent le plus de fonds aux énergies fossiles sur la période 2016-2017, PNB Paribas arrive en tête, suivi de près par le Crédit Agricole et la Société Générale.

Il ressort de cette analyse que les banques françaises les plus vertueuses sont le Crédit Coopératif et la Nef. Malheureusement la Nef ne propose pas de compte courant aux particuliers. En revanche, il est possible d’épargner sur un livret Nef ou d’investir dans des parts sociales de la coopérative. La Nef s’engage à publier chaque année, et depuis 1988 l’ensemble des prêts qu’elle octroie. Sur son site, il est possible consulter la cartographie des projets financés par la banque depuis 2013. Une réponse simple à la question simple « où va mon argent ? »

Enfin, je vous invite à calculer votre empreinte carbone avec un des nombreux calculateurs disponibles en ligne. Assurez-vous de la pertinence des critères pris en compte par le calculateur. Je n’avais pas attendu de calculer mon empreinte carbone pour changer de banque mais lorsque je me suis enfin décidée à la calculer (sur un calculateur allemand), j’ai été très surprise de constater combien le critère « Montant économisé dans une banque éthique » avait un impact sur la diminution de mon empreinte carbone. Bon, dans le fond, dans un monde régi par l’argent, cela me semble assez logique de me dire que c’est en investissant massivement dans des projets éthiques que l’on va accélérer la transition écologique mais c’est encore mieux de voir mon intuition confirmée et validée par des sources scientifiques. Si vous avez envie d’en savoir encore plus, vous pouvez lire ce très bon article du déconsommateur.

Merci de m’avoir lue jusqu’ici ;-) Et n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez.

Image | Cet article, publié dans Développement durable, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s