Copenhague

La petite sirène

Y aller

Au départ de Hambourg, rallier la capitale danoise en train n’est qu’une mince affaire de 5h. Die Bahn (l’équivalent de la SNCF en Allemagne) prend le ferry à Puttgarden, la traversée de la Baltique dure 45 min jusqu’à Rodby. C’est simple, rapide, efficace et confortable. Par beau temps, il m’a même été donné la chance d’admirer les paysages du Schleswig-Holstein et du Seeland.

Musées

Copenhague a des allures de ville de Polly Pocket. Petit, mignon, propre et organisé, il y plane une ambiance tolérante et détendue. Au département français de la Ny Carlsberg Glyptothèque, il y a cet été une exposition Degas qui prend la place de la collection Gauguin normalement exposée. Pourquoi Gauguin au Danemark? Marié en 1873 à une Danoise, Mette God dont il a eu cinq enfants, le peintre sans le sou à l’époque de sa séparation d’avec sa femme, lui a cédé en guise de compensation plusieurs toiles qui sont restées au Danemark et sont normalement exposées dans la Glyptothèque. Allez-y, rien que le bâtiment lui-même vaut le détour: à l’intérieur une superbe verrière abrite une cour intérieure agrémentée de fontaines et palmiers.

Nyhavn et Christiania

Copenhague, c’est aussi le quartier « carte postale » de Nyhavn, un port aux façades colorées où s’alignent les bars les uns à côté des autres. Pour sortir le soir, vous n’aurez que l’embarras du choix. Dans la ville libre de Christiania, c’est un peu un autre délire. Les habitants de cette ancienne commune libre ont tenté de vivre pendant trois ans en autarcie. L’idée basée sur de bonnes intentions au départ: solidarité, entraide et vie communautaire a malheureusement dérapé et le quartier est devenu le carrefour de trafics de drogues difficiles à contrôler. Aujourd’hui, des  habitants y vivent encore mais c’est aussi devenu une des principales attractions touristiques de la ville et il est difficile d’ignorer le côté zoo qui s’en dégage. En tout cas, un quartier à parcourir, si vous voulez saisir Copenhague dans sa globalité.

Le Routard

A recommander: l’édition 2013 du Routard de Copenhague, une édition plutôt « sexy » pour un routard. Pardon, je suis une fille et je suis sensible à la mise en page et aux encadrés roses anecdotiques. J’adore le Routard et là, en plus, il y a le côté papier-journal-recyclé-pattes-de-mouches en moins. Le dossier historique est très complet et instructif. On y apprend notamment que le Danemark est le pays des gens heureux. A tel point, selon le Routard, qu’être Danois et ne pas se considérer heureux est presque antinomique. Etre Danois, c’est être heureux, l’Etat providence est tellement présent, se prétendre malheureux au Danemark reviendrait presque à ne pas se reconnaître Danois. Lors de mon séjour, j’ai été très bien accueillie et suis tombée sur des gens qui avaient l’air d’excellente humeur. De là à dire que le peuple est heureux, je ne m’avancerai pas…

Où dormir

Le Bed & Breakfast, See Copenhaguen, où nous avons séjourné est situé dans un quartier très résidentiel, tranquille, à seulement 13 minutes de la gare centrale en train de banlieue. Propre, confortable et calme à un prix très abordable (30€/nuit). Une adresse à recommander.

Excursion à Roskilde

En 30 minutes de train, nous avons rejoins Roskilde, une ville au bord d’un fjord. Sa cathédrale abrite les tombeaux des rois danois. On peut également y visiter le musée Vikings et faire un tour du fjord en bateau. Le musée est très bien fait surtout pour quelqu’un qui n’aime pas trop les bateaux ni les Vikings comme moi. Les explications en quatre langues (dont le français) sont très complètes et différentes activités sont proposées. Ecrire mon prénom en caractère vikings, ça, ça m’a bien amusé. Il y a cinq trains par heure au départ de la gare centrale de Copenhague pour Roskilde.

Conseil transports

Acheter une clip card 2 zones, 10 clips. Il y a un mode d’emploi bilingue à peu près à côté de chaque caisse automatique et sinon pour plus d’info c’est par ici: 

Et pour finir, la minute culturelle

Un voyage au Danemark c’est l’occasion de se replonger dans l’ambiance du très bon film Royal Affair de Nicolaj Arcel. Le drame revient sur la vie du roi Christian VII, son épouse Caroline-Mathilde de Hanovre et son amant le médecin du roi Johann Struensee qui usa de son influence auprès du roi pour insuffler l’esprit des Lumières au peuple danois.

Je vous recommande aussi la série Borgen, diffusée sur Arte qui relate les aventures de la première ministre danoise et de ses proches. Très bonne série qui aborde différents aspects de la vie politique danoise.

 

Cet article, publié dans Danemark, Destinations, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s