Le syndrome de Paris et la folie de l’Inde

J’ai ouvert ce blog avec un post sur les clichés et je profite de la lecture de cet article pour vous parler du syndrome de Paris. Cette maladie trouve son origine dans les clichés que l’on répand sur Paris mais aussi dans les stratégies de communication touristique qui véhiculent l’image d’une ville qui sent le Channel No 5. Le syndrome de Paris touche particulièrement les Japonais qui éprouvent un grand choc à leur arrivée à Paris tant la réalité de la ville est éloignée de la représentation qu’ils s’en étaient faite en « préparant » leur voyage (l’article souligne que les principales étapes d’un japonais lors d’un voyage à Paris sont un café, la Tour Eiffel et Luis Vuitton. Caricaturale? Je ne sais pas.) Les principaux symptômes de cette maladie sont un sentiment de désillusion, des vertiges, des hallucinations, des suées et le développement d’un sentiment de persécution. Si le problème, ne concernait pas des individus privilégiés on éprouverait presque de la compassion en apprenant que certaines personnes ont été tellement traumatisées par leur expérience parisienne qu’elles rechignent à voyager de nouveau.

Malheureusement, l’article conclue qu’il est dans l’intérêt de la destination de continuer à véhiculer une image de la capitale française qui fasse rêver même si elle est loin de la réalité. L’auteur de l’article souligne à juste titre qu’aucune entreprise de relations publiques n’accepteraient de faire un slogan de cette réalité. « Paris: Only the strong survive » n’est effectivement pas la meilleure invitation au voyage. Et pourtant il parait qu’à New York, la dangerosité de la ville a été intégrée aux arguments de communication touristique. L’auteur cite l’exemple suivant: « Hey, you might get shot walking to the post office, but that’s what makes it fun! » C’est pas ce qui me donnera envie d’aller à New York mais au moins les touristes ne pourront pas dire qu’on ne les a pas prévenu. Libre aux professionnels d’entretenir le mythe parisien…

Mais nous, que pouvons-nous faire? Amis voyageurs, informons-nous avant d’organiser un voyage loin ou près de chez nous. Certaines actualités françaises ne sont pas particulièrement joyeuses  et je reconnais qu’il n’est pas indispensable d’être au courant des derniers scandales politiques locaux pour apprécier un voyage dans un autre pays. En revanche, s’informer des différents problèmes de société et des habitudes culturelles, permettraient de démystifier un tant soit peu la destination, d’arriver mieux préparé sur place et d’apprécier davantage le voyage. Tout le monde y gagnerait à commencer par nous-mêmes.

Paris n’est pas la seule destination qui a des impacts sur la santé. L’Inde est soupçonnée de rendre fou. Régis Airault, psychiatre à l’ambassade de France à Bombay raconte dans son livre Fous de l’Inde comment des individus a priori sains d’esprit ont basculé dans la folie en se rendant en Inde. Il reprend dans son livre les cas de divers patients qu’il a traité, certains ont retrouvé la raison dès qu’ils ont eu posé un orteil sur le sol français, d’autres qui étaient insatisfaits de leurs existence en Europe auraient trouvé la vie en Inde une terre et une vie plus accueillante.

Cet article a été publié dans Destinations. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s